Alerte ! L’OTAN armées secrètes, le réseau Gladio : Opération Stay Behind en cours

Dans le cadre de la guerre froide, les cellules stay-behind (littéralement : restés derrière) étaient des réseaux clandestins coordonnés par l’OTAN. Implantées dans seize pays d’Europe de l’Ouest, ces cellules visaient à combattre une éventuelle occupation par le bloc de l’Est, se tenant prêtes à être activées en cas d’invasion par les forces du Pacte de Varsovie. La plus célèbre de ces cellules, et la première à avoir fait l’objet de révélations, est le réseau italien Gladio.

Le réseau Gladio a été mis en place sous l’égide de la CIA et du MI6 britannique, comme structure de l’OTAN. L’organisation secrète “Stay behind”, rebaptisée plus tard Gladio, le “glaive”, a vu le jour en 1948 à l’initiative des États-Unis. Ces réseaux fonctionnaient le plus souvent sans que les gouvernements nationaux en aient connaissance. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d’espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d’offensive soviétique. Celle-ci n’ayant finalement pas lieu, ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d’extrême droite que Gladio s’attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l’abri de tout contrôle parlementaire. C’est le Shape, le commandement militaire de l’OTAN en Europe, qui en assure la coordination.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*