Contrôle à distance de l’être humain par la psycho-technologie informatisée

“Les techniques de la manipulation à distance du fonctionnement du cerveau humain sont une menace pour la démocratie, ce qui implique le maintien au secret de telles technologies.”

Les Russes ont expérimenté un programme de contrôle mental d’armes à énergie dirigée (armes à micro-ondes et techniques de modification mentale qui visent à “la soumission totale de la volonté individuelle à une force extérieure”).

Les découvertes sur le contrôle mental électro-magnétique ont été exposées au cours d’une conférence russe de 1973 sur la recherche psychotronique, et comportait, au programme, entre autres :

– effacement du subconscient,
– développement des Perceptions Extra-Sensorielles,
– induction d’effets paranormaux dans les rêves….

Une citation du général soviétique Kotov : “Dès lors qu’il est devenu possible de sonder et de corriger le contenu psychologique des humains malgré leur volonté, par des moyens instrumentaux, les résultats atteints peuvent échapper à notre contrôle et être utilisés avec des buts inhumains pour manipuler le psychisme collectif”.

Il y a un brevet détenu par “Psychotechnologie Corp”, dont fait partie le général de la Nasa : Michael Aquino (qui je vous le rappelle, est un des plus grands programmateurs de contrôle mental MK Ultra).

Le docteur Igor Smirnov explique : “Tout cela s’appelle la psycho-technologie informatisée, on collecte les informations du subconscient, puis nous déterminons comment fonctionne une personnalité spécifique ….. et cette commande qui est introduite en court-circuitant la conscience, a le même effet qu’un commandement, c’est comme une parole de Dieu, donc on ne peut simplement pas désobéir”

Les soviétiques possédaient déjà une arme qui permettait, à distance, de réprimer les émeutes et contrôler les dissidents, d’abattre une chèvre, selon leurs expériences, à une distance d’un kilomètre, de démoraliser ou d’incapaciter des forces opposantes et d’améliorer les performances des équipes d’opérations alliées ; et depuis… on ose même pas y penser.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*